11262014Manchettes:

La question à 50 000$

Si vous aviez 50 000$  à investir maintenant, selon votre profil d’investisseur et avec un horizon d’investissement d’au moins 5 ans. Dans quels fonds le placeriez-vous? J’ai posé cette question aux représentants de 6 grandes firmes de fonds communs canadiens avec une nuance bien importante: Il s’agit de VOTRE argent! Pas celui de clients incognito ou de conseillers aguerris, mais vos propres économies. J’imagine que jamais, ils ne me proposeraient des produits qui risqueraient de leur engendrer des pertes importantes, n’est-ce pas?

Fidelity

Jérôme Hajek, VP régional de Fidelity ne changerait pas sa stratégie et abaisserait ses coûts d’acquisition en séparant ce montant parmi les fonds qu’il détient déjà soit: Fidelity Discipline Actions, Fidelity Situations Spéciales et Fidelity Potentiel Canada.

Hartford Life

Philippe Ventura, VP régional d’Investissement Hartford Life choisi le fonds Hartford Chefs de file mondiaux géré pas Bill Kanko. Il renferme une excellente diversification mondiale avec ses actions de 19 compagnies de haute qualité. Selon lui, on n’a jamais vu un marché aussi attrayant avec des évaluations si ridiculement sous-estimées. Les actions devraient surpasser les obligations durant les 5 à 10 prochaines années. Hartford sait très bien positionné pour l’avenir. Leur partenariat avec Greystone fait des envieux, mais pas autant que l’entente avec Black Creek Investment. Les gestionnaires Bill Kanko et Richard Jenkins ont maintes fois démontré leur savoir-faire dans les marchés troubles alors qu’ils oeuvraient chez Trimark.

Trimark

Justement, parlons cette fois de leur ancienne bannière rebaptisée Invesco-Trimark. On a déployé l’encaisse et on a une grande confiance dans les fonds qui ont fait le succès de la marque canadienne. Martin Pelletier, conseiller à l’interne, suggère le Fonds Croissance Trimark et le Fonds Croissance du Revenu Trimark. Bien que des changements de gestionnaires ont affecté significativement leurs rendements au cours des 3 dernières années, on estime que les opportunités ont été saisies et que l’avenir est prometteur. L’organisation a des moyens colossaux et chacune des divisions à l’échelle du globe est mise à contribution. La côte sera certainement dure à remonter chez, une décennie doit être récupérée.

Placements CI

Chez Placement CI, Jaycen Campbell juge que le 31 janvier 2009 est une date charnière. Les données américaines sur la consommation vont dévoiler toute l’ampleur de la récession qui débute. Des statistiques sur les émetteurs de cartes de crédit devraient selon lui, refléter la dimension de l’endettement des ménages et donner meilleure idée de ce que 2009 nous réserve. Ses choix d’aujourd’hui pourraient donc être différents en février. Pour le moment, Le fonds CI Harbour croissance et revenu ainsi que Synergy Canadien sont ses favoris. La reprise boursière débutera selon lui, par les ressources naturelles et les marchés émergents.

Manuvie

Pierre Mondor d’investissements Manuvie m’a un peu surpris en ne privilégiant que deux fonds canadiens. qui m’apparaissent similaires. Il choisit d’abord le Fonds de base Canadien Manuvie géré par Pat McHugh.  Son approche quantitative purement mathématique élimine une bonne part de risque. Il retient aussi la méthode de Shauna Sexsmith et son Fonds de croissance Canadien Manuvie. Elle a un historique impressionnant de sélection des titres. Les ressources,  matières premières et les entreprises de qualité touchant aux infrastructures sont favorisées.

Dynamique

Enfin chez Dynamique, Mike Aliberti laisse aussi le soin à ses gestionnaires canadiens la responsabilité d’ajouter un poids étranger à leurs répartitions d’actifs. Il choisit d’investir 50% dans le fonds Dynamique Power Canadien de Rohit Sehgal et 50% dans le Dynamique Canadien Valeur. Peu porté sur les coups de dés, monsieur Aliberti fait le pari que mariage du style momentum de Sehgal avec le “contrariant ” de David Taylor sera bénéfique.  La débandade de 2008 des fonds Power est selon lui, une anomalie qui ne devrait pas se répéter souvent. Aucun secteur n’avait vraiment été à l’abri.

Comme vous le constatez, on n’est pas très chaud avec les obligations et les fonds équilibrés! À l’exception de Jaycen Campbell de Placements CI qui affiche une certaine hésitation, tous démontrent un sang-froid étonnant. Les prochains mois et les prochaines années nous diront s’il s’agit là de choix judicieux et de bons conseils ou bien de témérité.