08012014Manchettes:

Le iPad fait une percée dans le monde de la finance

Chez Mercedes-Benz, on a libéré les conseillers de leur bureau. Équipés d’un iPad, ils peuvent noter les remarques des clients durant les essais routiers. Peuvent ajouter les options choisies par le client  tout en discutant dans la salle de montre. Ça ne s’arrête pas là.  Comme l’interface est reliée au département de finance, le client n’a qu’à signer directement sur l’écran pour conclure l’affaire! Le principe: rendre l’industrie de l’automobile… mobile! Les utilités qu’on trouvent au iPad étonnent de jour en jour.

De retour d’une conférence à Toronto, j’ai été estomaqué de voir un aussi grand nombre de iPad sous les bras des femmes et des hommes d’affaires de Bay Street. À l’entrée des hôtels, dans les cafés-restos et dans les salles d’attente de l’aéroport Porter. Je me suis dit qui si la communauté des affaires adopte le joujou, ça va décoller fort en 2011!

L’analyste Brian White de Ticonderoga Securities pense aussi la même chose. Après avoir discuté avec des directeurs de la chaîne d’approvisionnement des pièces pour Apple en Chine et à Taïwan,  il conclut que 2011 sera époustouflante. Il évalue à 45 millions le nombre d’unités qui pourraient être écoulées l’an prochain. 45 millions d’iPads, c’est 30 milliards de revenus, ça! Soit davantage que tout ce que Apple a généré en 2008.

Le iPad ébranle toutes les fondations de l’industrie du PC. Pas mal pour un objet lancé il y a six mois. Encore une fois le grand patron de Microsoft s’était moqué du produit. Fidèle à ses habitudes, Steve Ballmer a bien rigolé en soulignant l’inutilité du iPad.  Il doit un peu moins s’esclaffer aujourd’hui. Les banques d’affaires comme Goldman Sachs qui recommandaient Microsoft depuis 25 ans, recommandent maintenant de se débarrasser du titre jugé dans le «gros trouble» depuis le lancement de la tablette d’Apple.

Chez nous, les financiers aussi s’intéressent à Apple. Comme titre dans les portefeuilles mais aussi, comme outil de travail. Placement CI confirme que d’ici quelques semaines leurs employés sur la route seront dotés du iPad. De plus, on s’affaire à rendre les calculateurs, animations, vidéos et autres fichiers pleinement compatibles pour Mac. On comprend que le format flash va peu à peu,  céder sa place au HTML 5.  Chez Fonds Dynamique, on n’est pas prêt à abandonner le Flash, mais on compte tout de même utiliser le iPad dès l’arrivée de 2011!

Une réponse to "Le iPad fait une percée dans le monde de la finance"