04192014Manchettes:

Trois titres boursiers américains à éviter comme la peste!

Bien honnêtement, l’exercice d’aujourd’hui s’annonce périlleux. Les chances de me tromper sont très fortes, le marché boursier étant imprévisible. Entre l’euphorie et la descente aux enfers, la ligne se veut parfois… trop mince.

Je vous propose aujourd’hui trois titres boursiers à éviter, pour ceux et celles qui souhaitent continuer de manger 3 fois par jour…

1- Netflix inc (NFLX-Q): Le 27 janvier dernier, les actionnaires du service d’abonnement vidéo Netflix étaient bien heureux d’apprendre que l’entreprise s’attendait à une croissance forte de ses abonnés pour 2011, terminant d’ailleurs l’année 2010 avec 20 millions d’abonnés, plus que les 19.5 millions exigés par le consensus du marché. Durant la dernière année, plus de 7.7 millions d’abonnés

se sont ajoutés à ce populaire service, comparativement à un ajout de 2.9 millions d’utilisateurs en 2009. Même si ces chiffres témoignent de la croissance fulgurante du rôle de Netflix dans le secteur du divertissement à domicile et sur support mobile, et malgré le fait que son service soit disponible au Canada depuis la fin du mois de septembre dernier, un investissement dans ce titre boursier pourrait souffrir advenant un résultat trimestriel décevant. Un seul faux pas, une croissance difficile à soutenir, et le ratio cours / bénéfice pourrait bien vouloir retrouver une certaine timidité…

Prix actuel: 207,40$
Fourchette des 52 dernières semaines: 67,82$ – 247,55$
Ratio C/B passé: Environ 70 X.
Ratio C/B prévu: Environ 34 X.

2- Chipotle Mexican Grill Inc (CMG-N): Le 8 mars dernier, l’entreprise a vu la recommandation de son titre boursier être ramenée de «conserver» à «sous-performance» par les analystes de Jefferies, avec un cours-ciblie limité à 198$, ce qui implique une surévaluation potentielle d’environ 22%. Pire, les analystes de Morningstar considère que la juste valeur marchande du titre devrait plutôt se situer à 165$, l’estimant ainsi surévalué d’environ 35%, citant au passage la concurrence accrue dans ce créneau de restaurant et la volatilité des prix reliés à la matière première utilisée (boeuf, poulet, porc). Je vous souligne également le petit nombre d’actions en circulation, qui s’établit à seulement 31 millions, ce qui pourrait conférer au titre une certaine volatilité additionnelle en cas de… plongeon…

Blog Widget by LinkWithin