07232014Manchettes:

Le prof Lauzon délire: « Abolissons les REER et CELI »

Le professeur Leopold Lauzon arrive un peu tard dans la campagne fédérale, mais je dois avouer que sa dernière étude ne trouvera pas beaucoup d’écho auprès des chefs de partis. Elle est bâclée et rate carrément la cible!

Si j’étais un prof d’Université, je ne donnerais qu’un C+ pour cette feuille de chou.

Ainsi, il dénonce les «Scandaleux abris fiscaux» que sont les REER, REEE et CELI!  Juste le titre est fantaisiste! D’ordinaire, je trouve des fondations solides à ses analyses sur les pétrolières et les paradis fiscaux. Maintenant il parle carrément à travers son chapeau. Je me demande même s’il en a ou en a déjà eu un CELI, tellement la mécanique lui échappe.

Mettons les choses au clair: Les REER, RRI, REEE et CELI ne sont pas de VRAIS ABRIS FISCAUX. Ils sont à peine des nananes pour les ultrariches et de l’impôt REPORTÉ pour les autres! Avec ces régimes, l’adage qui dit que les deux certitudes de la vie sont «la mort et les taxes» est on ne peut plus vrai.

Il est faux de prétendre que les gouvernements PERDENT une fortune avec ces régimes… car à la retraite ou au décès l’impôt se récupère. Le vieillissement de la population accélère justement le retour de ce «prêt fiscal». Pour qui est du CELI, c’est là peut-être la seule mesure sociale intéressante des conservateurs. Elle a été réclamée par l’institut C.D. Howe en 1999, justement car on souhaitait que les Canadiens puissent profiter d’un véhicule d’épargne plus équitable envers les démunis que les REER. Nombreux sont les petits salariés qui ne trouvaient pas d’avantage à cotiser à un REER, leur échelon d’impôt (et de déduction) étant trop faible.

Comme je le citais dans mon livre «Investir dans un CELI», l’économiste de la CIBC Benjamin Tal croît que le CELI rend un immense service aux démunis. Pour les parents d’enfants handicapés ou les gens âgés à faible revenu, le CELI est une délivrance. Par exemple: Si une personne âgée vivant seule qui gagne 15 800$ par année hérite de 10 000$, les maigres revenus d’intérêt de ce modeste héritage seront suffisants pour lui couper le SRG (supplément de revenu garanti). Placé dans le CELI, cela n’aura AUCUNE incidence. Pour les aînés malades qui ont besoin de soins ou de médicaments qui ne sont pas entièrement couverts, c’est assez pour faire une différence entre l’indigence et la dignité. C’est ça que Léopold Lauzon veut éliminer.

Oui, je concède que le plafond REER de 22 000 est élevé et je n’aurais pas de problèmes à ce qu’on le diminue de 5000 ou même 10 000$. Mais éliminer l’épargne individuelle? Jamais. C’est éduquer, responsabiliser et encourager l’économie qu’il faut. L’endettement ne se règle pas par l’élimination de la classe moyenne au profit de ceux qui négligent LEURS affaires.

Leopold devrait fouiller plus creux pour trouver les VRAIES passoires fiscales. Bref, faire comme la dernière édition du magazine français le Point et frotter là où ça fait mal. On y expose toutes les combines de ceux qui vident les coffres de l’état français. En s’attaquant aux petits REER et CELI, Lauzon déplace les projecteurs qui devraient plutôt éclairer les transferts dans les fiducies familiales, les planifications financières agressives, le gain en capital sur les options octroyées aux cadres supérieurs, les fusions-acquisitions, les points bonis des cartes de crédit… Et pourquoi pas pointer du doigt les «facilitateurs» de l’évasion fiscale vers les Bahamas et les Caïmans. Les grands cabinets d’avocats, de fiscalistes et de comptables créatifs envoient ENCORE des millions vers les paradis fiscaux… ça c’est du vol déguisé!

Si je suis sa logique essoufflée, je serais tenté de dire que le vrai déséquilibre s’observe dans la sécurité d’emploi. Un emploi et un fonds de pension à vie, ça c’est la vraie richesse. Je pose la question: Doit-on taxer davantage les quelques privilégiés qui en profitent? Évidemment, la vraie classe moyenne n’a pas d’assurance collective pour les dents, les lunettes, le chiro et encore moins la certitude que demain… le salaire sera déposé à temps pour l’épicerie. Voilà l’iniquité.

Si je ne décerne que la notre de passage à cette Énième étude du prof Lauzon, c’est parce qu’il sait provoquer. Mais son pamphlet de 18 pages est tout sauf une étude sérieuse et bien documentée.  Si le NPD et autres formations de la gauche se sont éloignés de lui, c’est certainement parce que cet électron libre publie AVANT d’articuler ses prétentions. On enseigne pourtant la pensée systémique à l’UQAM… il devrait s’y référer s’il souhaite faire avancer ses causes.