10232014Manchettes:

40% des Québécois prévoient faire une cotisation REER avant le 29 février 2012

Un nouveau sondage en ligne de BMO Groupe Financier effectué par Léger Marketing entre le 21 et le 24 novembre 2011 auprès de 1520 Canadiens dévoile que 59% des Québécois ont confiance en leur capacité d’épargner pour la retraite. Pour se faire, 40% des Québécois et 37% des Canadiens affirment ne pas vouloir perdre de temps pour effectuer une cotisation à leur régime d’épargne-retraite avant la date limite du 29 février 2012.

Parmi ces cotisants, une proportion de 63% des Québécois et de 69% des Canadiens cotiseront cette année un montant égal ou supérieur à leur REER par rapport à l’an dernier malgré la conjoncture difficile des marchés boursiers en 2011. D’ailleurs, près des deux tiers (63%) des Québécois sont préoccupés par le rendement de leur REER compte tenu des turbulences qui secouent actuellement les marchés financiers.

«Ces résultats démontrent que la plupart des Québécois jugent qu’ils sont sur la bonne voie en matière d’épargne-retraite et affichent un optimisme prudent devant la volatilité actuelle des marchés. Pour pouvoir atteindre leur style de vie idéal à la retraite, il est impératif que les Québécois disposent d’un plan financier qui comprenne une stratégie d’épargne-retraite et qui fasse en sorte que leur REER soit bien diversifié», a souligné par voie de communiqué Jamal Khalil, directeur régional des ventes, BMO Banque de Montréal.

Fait étonnant, 62% des Canadiens âgés de 18 à 34 ans n’ont pas de compte REER. De ceux qui ne cotisent pas cette année ou qui cotisent moins que l’an dernier, 38% disent avoir d’autres dépenses à payer tandis que 20% disent ne pas avoir assez d’argent pour égaler ou dépasser leur cotisation de l’an dernier.

Au-delà de ces statistiques qui dressent un portrait global de la capacité des Canadiens à épargner pour la retraite, le sondage suggère également quelques moyens de maximiser l’épargne-retraite tout en réduisant l’impact d’une telle cotisation sur le budget mensuel. Investir de petits montants à intervalles réguliers et emprunter pour investir dans un REER sont quelques-unes des solutions présentées.

À lire aussi:

61% des Canadiens pourraient bénéficier d’un cours sur les finances personnelles

DOMINIQUE LAMY

Suivez-moi sur Twitter: @domlamy