10252014Manchettes:

Obligations d’état=DANGER

Ben Cheng, le gestionnaire vedette de IA Clarington vient d’émettre ses commentaires sur l’état des marchés. Ce spécialiste de la gestion des revenus considère qu’un marché baissier des obligations d’État s’approche. En fait, une hausse de 1 % des taux d’intérêt ferait perdre aux obligations à 10 ans du Trésor américain environ 9 % de leur valeur.

Il faut donc être extrêmement prudent avec les titres à revenus fixes gouvernementaux. La surévaluation est flagrante. Tant que l’argent continue d’affluer vers ces obligations, l’accroissement perdura. Ben Cheng est d’avis que les marchés boursiers se rapprochent du point du pessimisme extrême, car les porteurs d’actions semblent abandonner la partie. C’est indéniablement, une porte d’entrée attrayante.

La tendance à l’assouplissement monétaire s’étend au-delà de l’Amérique du Nord, car la Chine et l’Europe lui emboîtent le pas. Monsieur Cheng est somme toute optimiste. Il croit que nous commencerons à sentir les effets positifs du relâchement monétaire dans le monde entier au cours des 12 à 24 prochains mois.

Oui, les temps ont changé. La sélection des obligations nécessite des recherches sérieuses. On ne doit plus rien laisser au hasard. Ben Cheng affirme: «De nos jours, l’investisseur en quête de revenu doit éplucher les bilans de toutes les entreprises dans lesquelles il veut prendre des positions. Il est maintenant plus hasardeux de se contenter des obligations d’État ou autres titres à revenu fixe ordinaires.»