10312014Manchettes:

Les 5 mythes de l’assurance invalidité

L’assurance la plus négligée par les canadiens est probablement la plus importante. On pense à assurer son iPhone, son bateau, sa voiture…etc, mais pas l’essentiel. Pourquoi les canadiens oublient d’assurer leurs chèques de paie? Rarement l’assurance salaire, appelée aussi assurance en cas d’invalidité fait l’objet de discussion en famille ou de débats dans les grands médias. Pourquoi? Parce généralement les mythes suivants sont trop bien ancrés.

Mythe 1 : Le gouvernement va me couvrir si je deviens invalide.

Réalité : Les régimes gouvernementaux (CSST, SAAQ, AE, RRQ) ne paient que des prestations pour une invalidité totale, qui est définie de façon très stricte. Ces régimes  ne couvrent pas l’invalidité partielle.

Mythe 2 : J’ai une assurance invalidité par mon employeur

Réalité : Les travailleurs qui ont la chance d’oeuvrer pour une entreprise qui se soucie de ses employés ont énorme avantage. Cependant, la plupart des plans d’assurance collective ne couvrent que 60% du revenu d’un employé avec un avantage imposable. Après impôts, ils reçoivent seulement 42% de leur revenu. Sincèrement, vous sentiriez vous à l’aise avec une baisse de revenu aussi importante?  Seriez-vous capable de joindre les deux bouts? Sinon, il faudrait envisager une protection complémentaire.

Mythe 3 : L’assurance invalidité est trop dispendieuse

Réalité : En regardant la valeur reçue par rapport au coût, l’assurance invalidité est en réalité moins chère que l’assurance automobile ou habitation. Pour seulement quelques dollars par jour, vous aurez la quiétude d’esprit mais surtout la certitude qu’en cas d’invalidité totale OU partielle, vous recevrez des milliers de dollars annuellement 100% EXONÉRÉS d’impôt.

Mythe 4 : Je ne suis probablement pas assurable

Réalité : Très peu de gens ne sont pas assurables. Les compagnies d’assurance offrent des plans pour les personnes ayant une condition médicale quelconque, ceux ou celles qui travaillent dans les professions à haut risque et pour ceux ou celles qui ont des passe-temps à haut risque.

Mythe 5 : Mes chances sont minimes de devenir invalide. Je travaille dans un bureau

Réalité : 75% des cas d’invalidité sont reliés à la maladie plutôt qu’à des blessures, et les statistiques montrent qu’un tiers des individus âgés  de 30 à 64 ans sont invalides au moins une fois durant leur vie active au travail. Même s’ils ont un travail administratif. Il existe une question très simple pour savoir si vous avez besoin d’assurance invalidité. Pouvez-vous vous permettre de ne recevoir aucun revenu durant 6 mois ou plus?

Comprenez-vous maintenant pourquoi la protection en cas d’invalidité est une des composantes essentielles d’une bonne planification financière? Si vous avez des doutes,  consultez un conseiller en sécurité financière. L’analyse des besoins en cas d’invalidité fait partie de ses champs de compétence.

Une réponse to "Les 5 mythes de l’assurance invalidité"

  1. S. Canuel dit :

    Vous avez bien raison M. Major ! On assure souvent tout ce qui est matériel en premier, la maison et l’auto en particulier. Ensuite la vie, mais la santé/invalidité en dernier. Votre article combiné avec http://www.bullseye-assurances.com/fr/assurance/invalidite/assurance_invalidite.html m’a permis de me faire une bonne idée globale du sujet.

    Merci!