11252014Manchettes:

6 mensonges persistants sur les REER

Détecteur de Mensonges

Les REER conviennent à tous: FAUX

Si vous gagnez moins de 30 000$ par année, il serait important de valider auprès d’un comptable si le REER est l’idéal pour y déposer votre épargne. Si vous payez très peu d’impôt, la déduction peut être trop faible pour en valoir la peine. Pensez à privilégier le CELI à la place.

Quand on sort ses REER à la retraite on doit payer plus d’impôt: FAUX

Cette fausse croyance tire son origine dans des cas isolés où des épargnants mal avisés ont retiré d’un coup, la somme totale de leur REER. Le prélèvement d’impôt à la source est de 31% lorsqu’on retire plus de 15 000$ à la fois. Pour éviter cela, on transformera le REER en FERR (fonds enregistré de revenu de retraite) et on optera pour des versements mensuels. Vous pourriez payer plus d’impôt si, vos revenus de retraité deviennent supérieurs à vos revenus de salarié.

Un REER est un abri fiscal: FAUX

Plusieurs croient à tort que le REER est un abri fiscal. Non, il s’agit simplement d’un régime qui vous permet de REPORTER votre facture d’impôt à plus tard. En contribuant à un REER, vous déduisez le montant souscrit de vos revenus et diminuez votre facture fiscale. Les sommes dans le régime vont croître à l’abri de l’impôt. À la retraite, il y a fort à parier que votre niveau de vie devienne moindre que lors de votre vie active. Vos économies seront imposables, mais à un taux d’imposition moins élevé.

Un REER ça rapporte beaucoup moins que l’immobilier: FAUX

Tout simplement parce que le REER n’est pas un produit financier. Si vous choisissez méticuleusement vos produits d’investissements à l’intérieur du régime, vous pourrez faire autant ou mieux qu’un placement dans la brique. C’est votre niveau d’intérêt et d’implication qui fera la différence. En passant, vous pouvez même déposer des fonds de revenus immobiliers dans votre REER… et obtenir en prime de précieuses déductions.

Seules, les banques et caisses vendent des REER: FAUX

Les conseillers et planificateurs autonomes en font leur spécialité. On peut aussi souscrire des REER avec des fiducies, sociétés de fonds, compagnies d’assurance, cabinets de courtage à escompte, banques virtuelles… etc.

En cas de faillite, les REER sont SAISISSABLES: FAUX

Aucun REER ne peut être saisi par un syndic de faillite. Seules exceptions; les contributions versées au cours des 12 derniers mois précédant la faillite.

REER: Points à retenir 

  • Le régime enregistré d’épargne retraite est né en 1957
  • Le REER n’est pas un produit, c’est un régime de report d’impôt
  • En cotisant, vous réduisez vos impôts et épargnez pour la retraite
  • Les placements admissibles sont: CPG, Obligations, fonds, actions canadiennes et mondiales, options…etc.
  • Cotisation maximale: 18% du revenu brut ou 23 820$
  • La somme des cotisations inutilisées figure sur l’avis de cotisation
  • Date limite: 3 mars

 

2 Réponses to "6 mensonges persistants sur les REER"

  1. Je suis en accord avec 5 de vos principaux mensonges.

    Toutefois, pour moi, le pire mensonge qui existe actuellement c’est de laisser croire que les gens auront NÉCESSAIREMENT un taux d’imposition plus faible à la retraite.
    Or, quiconque comprend les TEMI devraient dire que justement, la MAJORITÉ des travailleurs autonomes subiront des TEMI plus élevés à la retraite !

    Prenez soin de bien regarder les courbes #300, #310 et #320 de M. Laferrière et tenter de découvrir les impacts réels en fonction des rentes du RRQ qui seront perçus par ces contribuables. Rappelez-vous que la rente moyenne n’est que d’environ 6,000$ et que seuls 5% des québécois perçoivent la rente maximale !

    Pour les célibataires, certes il y a la possibilité de retirer un beau 10,000$ avec un TEMI de seulement 30%. Sauf, qu’on leur cache que leur premier 5,000$ à 10,000$ subira des TEMI supérieur à 60%. Or, sur un retrait de 20,000$, (60% + 30%) / 2 cela fait bien 45% et non 30%. En connaissez-vous beaucoup de contribuables qui obtiendront des économies fiscales supérieures à 45% au moment de leurs déductions REER effectuées à l’aveuglette ?

    Idem pour les couples. Il faut alors compenser le 5,000$ qui profite de TEMI de seulement 27%, avec le premier 5,000$ qui subira des impacts de 53%. Encore une fois, vous remarquerez que ce 42.5% (27% + 53%)/2 est passablement plus élevé que l’économie fiscale que la majorité des couples, sans enfants mineurs pourront obtenir via leurs REER / RVER !

    Alors de grâce corrigé votre item #2 !

  2. Bonjour Monsieur Major,

    Survol très intéressant!

    J’ai un commentaire par contre à propos de la possibilité de faire mieux avec des placement dans un REER qu’avec l’immobilier. Dans l’absolu vous avez raison…un investisseur qui est prêt à mettre beaucoup de temps pour étudier les bilans financiers des entreprises peut très acquérir les actions de compagnies de qualité et s’enrichir.

    Par contre, pour l’investisseur moyen qui utilise les fonds communs de placement quand ce n’est pas les CPG…ceci me paraît difficile.

    Je lis souvent ce type de réflexion et parfait même des calculs démontrant que la bourse est plus rentable que l’immobilier. Ces démonstrations sont peu convaincantes….d’abord la majorité de ces calculs simplifie l’immobilier à l’achat d’un maison unifamiliale.

    La rentabilité d’un multi-logements est tout autre: rendement annuel + capitalisation + plus-value.

    Nous sommes loin des FCP et des CPG.

    C’est toujours un plaisir de vous lire.

    Bonne journée!